Nombre total de pages vues

mardi 12 octobre 2010

GILLES DUCEPPE, Jean-Pierre Blackburn et autres députés sont des IGNORANTS DE L'HISTOIRE: qu'ils lisent les faits suivants



COMMENT EN SORTIR ENSEMBLE et non désespérément chacun de son côté?

voir l'image en taille réelle
Les États bourgeois cachent sciemment les conséquences de leurs mentalités élitistes-hiérarchistes

Les statistiques les plus dangereuses sont celles qui concernent les données macro-économiques, qui servent de base à la conception des politiques budgétaires, monétaires, industrielles, sociales, etc.


voir l'image en taille réelle
Une statistique qui viendrait dire par exemple que ce mois-ci il y eut 50 000 emplois de créés serait mensongère si elle omet de dire aussi qu’en même temps 60 000 ont été perdus

Londres cache les vrais chiffres .... NOS MAIRES UTILISENT LES STATISTIQUES POUR NOUS FAIRE CROIRE QUE TOUT VA BIEN

Les statistiques pour cacher malicieusement les faits, la réalité, la pauvreté, le vrai nombre de chômeurs et de gens vivant sous le Seuil de Pauvreté ....


« Lorsque les Gouvernements émettront de la nouvelle monnaie gratuitement (et en fonction d’assurer à tous un bon pouvoir d’achat suffisant) : il n’y aura plus de limite au Progrès, aux avantages de vivre en collectivité et, au véritable progrès humain », disait LINCOLN


L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique” Albert Einstein



MARX : ESPION BRITANNIQUE

1848, Karl Marx s'exile alors à Londres, où il résidera le restant de ses jours. il fut enterré avec sa femme au cimetière de Highgate, à Londres.
Ses efforts permirent la création à Londres, en 1864, de l'Association internationale des travailleurs (AIT) connue sous le nom de Ière Internationale qui tente d'unifier le mouvement ouvrier qui connaît alors toutes sortes de formes de développement en Europe. . . ce qui s'appelait en réalité LE COMITÉ INTERNATIONAL DES RÉVOLUTIONS.



LE COMITÉ INTERNATIONAL DES RÉVOLUTIONS
croyez-le ou non.

De Londres, en 1867, Marx publie enfin, après plus de 20 ans de travail, la première partie de son ouvrage Le Capital.
Il continue son travail pour achever les deux tomes suivants mais, malade et manquant de temps, il ne laissera que des brouillons inachevés.
La santé de Marx est minée par son travail politique inlassable d'organisation de l'Internationale et la rédaction encore plus épuisante de son œuvre. Après un séjour en Algérie, Marx s'éteint paisiblement dans son lit le 14 mars 1883.
Il s'exile en Grande-Bretagne à partir de 1849, après avoir séjourné brièvement à Paris et à Bruxelles. À Londres, il exerce une activité de journaliste et de militant tout en faisant oeuvre à la fois de philosophe, sociologue, économiste et politologue.
=====================================

En arrière d'Hitler il y avait Londres et son cousin l'empereur d'Allemagne Guillaume 11 et son fils le Kromprinz


En arrière d'Hitler il y avait Londres et son cousin l'empereur d'Allemagne Guillaume 11 et son fils le Kromprinz


Remontons à l’époque de la Première Guerre mondiale, Allan Dulles est envoyé à Berne (Suisse) par son oncle, Robert Lansing, à l’époque secrétaire d’État du président Woodrow Wilson, où il est chargé du renseignement à la Légation américaine. Par le biais du même oncle, les frères Dulles prennent part aux négociations du traité de paix de Versailles. En 1920, Allen Dulles sera nommé premier secrétaire de l’ambassade américaine à Berlin.
Son frère, l’avocat John Foster Dulles, représentera les intérêts de la Banque d’Angleterre et de la société J.P.Morgan dans l’Europe d’après guerre. Au printemps de 1920, au lendemain des négociations de Versailles, John Foster rencontre Hjalmar Schacht (1877-1970), à l’époque fonctionnaire subalterne auprès de l’autorité bancaire allemande créée par les Alliés et qui deviendra plus tard l’architecte de l’économie de guerre nazie basée sur les travaux forcés.

Les Fonds américains et britanniques étaient destinés à soutenir l’accession d’Hitler au pouvoir et à financer, par la suite, sa machine de guerre, transitaient par la BRI (Banque des règlements internationaux).

Vous avez bien entendu: la BRI, institution financière gérée et dirigée par des britaniques fut le principale acteur financier de la machine de guerre nazie . La BRI est l'organisme de coordination entre les grandes banques centrales du monde. Malgré l’importance de la BRI pour Hitler, la Grande-Bretagne ne s’opposa pas aux activités de la banque, même après la décision britannique d’entrer en guerre contre l’Allemagne. Sir Otto Niemeyer et Montagu Norman, respectivement directeur et PDG britanniques, conservèrent leur poste tout au long de la guerre. L'homme responsable pour la création de la BRI était Hjalmar Horace Greeley Schacht, le Ministre Nazi de l'economie et le president de la Reichsbank, qui avait les connexions puissantes avec Wall Street. Le banquier, Emil Puhl, l'a secondé. A ce jour, la BRI n’a jamais interrompu son activité.

voir l'image en taille réelle

Ces nouveaux faits vont changer considérablement les écrits des livres d'histoires

Roosevelt, un associé de ce jeu-trompeur soigneusement construit, a tenu tous les forces de collusion et de perfidie balancées, et a loué en public les hommes douteux. ll a permit que James D. Mooney de General Motors, et Henry Ford et William Rhodes Davis de Davis Oil Company de fournir Hitler et Goering.

Hitler était un agent Britannique
De nombreux historiens, y compris biographe de Hitler John Toland ont ignoré cette information surprenante. (Si Hallett est droit, des historiens comme Toland sont rendus coupables de désinfection Hitler et effectivement le rendant plus crédible que lui.)

L'histoire elle-même commence à Liverpool avant-guerre quand il est jeune Adolf, espèrent encore une carrière d'artiste est venu pour rester à la maison de son demi-frère et sa femme en Haute-Stanhope Street, à Toxteth, Liverpool. Il y est resté pendant environ six mois avant de retourner à l'auberge des hommes à Vienne. Comme la seule source pour cette mémoire est propre Bridget, il a inévitablement subi une analyse approfondie.

Hitler en Février 1912 fut endoctriné et formé à la militaire britannique à l'École de guerre à Tavistock, Devon et en Irlande. "Les machines de guerre ont besoin de guerre et [ce qui signifie qu'ils doivent] financé, entraîné et soutenu des agents doubles à leurs boucs émissaires, leurs marionnettes et leurs ennemis de marionnettes», écrit Hallett.

Par exemple, pourquoi Hitler at-il laissé échapper 335.000 soldats alliés à Dunkerque? Ce geste a été expliqué que donquichottesque une ouverture de paix, mais sûrement, l'Angleterre aurait été plus attentifs si son armée était dans les camps de prisonniers de guerre nazie.


À l'été 1940, lorsque la Grande-Bretagne était prostrée, le chef du renseignement militaire nazie (Abwehr) l'amiral Wilhelm Canaris roumain des Affaires étrangères a déclaré le ministre Michael Prince Sturdza de rester neutre, car l'Angleterre gagnerait la guerre . . Il a également donné ce message au dictateur espagnol Franco.

La théorie Hallett explique aussi pourquoi Hitler, censé être le pire ennemi des banquiers juifs, a agi comme il ne savait pas les Rothschild contrôlée Angleterre (et l'Amérique) quand cela a été pratiquement la connaissance commune. Si Hitler était pour de vrai, il n'aurait pas essayé de tenir compte de ces pays. L'Angleterre aurait été envahi et conquis avant que la Russie a été attaqué.

1) Pourquoi Hitler a pu se développer dans la Rhénanie, etc sans crainte de représailles.

2) Pourquoi la machine de guerre nazie a été financé et construit par la Banque d'Angleterre et un Who's Who des sociétés Anglo American contrôlée par les Illuminati.

3) Pourquoi Hitler n'a jamais fermé la Méditerranée à Gibraltar, et pourquoi le dictateur espagnol Franco reste neutre, en dépit de l'énorme dette qu'il devait les nazis à la guerre civile.

4) Pourquoi IG Farben à Francfort le siège n'a jamais été bombardé. This became CIA headquarters. Cela est devenu siège de la CIA.

5) Pourquoi la Banque d'Angleterre récompensé Hitler pour la prise de Prague en lui donnant les réserves d'or tchèque s'est tenue à Londres.


Il pourrait expliquer pourquoi Hitler a donné sa priorité des politiques raciales afin de penser ainsi gagner la guerre. Il pourrait avoir enrôlé des millions de Slaves (et même beaucoup de juifs) à surmonter la Russie communiste. Au lieu de cela, il leur fit des ennemis implacables prêts à se battre jusqu'à la mort.

On pourrait se demander pourquoi le Japon a attaqué les États-Unis au lieu de la Russie, pourquoi les nazis jamais compris que leurs communications étaient compromises; pourquoi Hitler n'a pas conquis les champs de pétrole de la Russie et le Moyen-Orient où il avait la chance, etc, pourquoi le sixième l'armée n'a pas été autorisé à se retirer de Stalingrad, mais vous obtenez l'image.


Et oui ......


FABRICATION D'UN FOU

En 1912, Hitler se rend en Angleterre pour la formation en tant qu'agent Illuminati qui a eu lieu en allemand. Cette formation "allait de s'imprégner un sens de son rôle dans le destin de l'Allemagne à apprendre à hypnotiser le public.

Elle comprenait également le lavage de cerveau traumatisme. Pour leurs entrainements ils altèrent la conscience en troublant par la vue d'atrocités et de souffrantes sauvages agressions sexuelles venant de films. Ensuite, les divers fragments de la conscience sont programmés et peuvent être consultés par des mots de code spécial. (Lire Fritz Springmeier et Cisco Wheeler pour une description détaillée des techniques de contrôle de l'esprit Illuminati .)

Hitler revient en Allemagne en mai 1913 et s'est enrôlé dans l'armée allemande. Pendant la Première Guerre mondiale, il a servi en tant que coureur et a été capturé à deux reprises par les Anglais. À ces deux occasions, il a été épargné exécution par un "ange" dans le renseignement britannique.

Selon Hallett, Hitler ayant bénéficié des femmes déféquer sur lui. Il avait aussi des organes génitaux trop petite et un seul testicule.(Beaucoup de femmes qu'il courtisait se sont suicidées L'amour de sa vie fut sa demi-nièce Geli, 17 ans. qu'il a assassiné en 1931, quand elle est tombée enceinte par son chauffeur. Machtan fait valoir que les affections Hitler réels ont été pour le chauffeur.)

Pour en savoir plus sur l'homosexualité nazie, voir "La croix gammée rose" en ligne.


Selon Hallett, Joseph Staline était un autre Illuminati "agent de guerre" qui a fréquenté l'école de formation Tavistock Psyché Ops en 1907. Clifford Shack a suggéré que Staline était aussi un enfant illégitime d'un Rothschild .

Hallett dit de la mort d'Hitler qu'elle a été truquée (un double a été tué) et qu'Hitler échappa à Barcelone où il a vécu jusqu'en 1950, quand il est mort de cancer de l'estomac.


Avant la fin de septembre 1940, 7.000 Londoniens, y compris 700 enfants était mort. À la fin de la guerre, plus de 60.000 civils britanniques et 650.000 civils allemands morts de «stratégique» de bombardement.

Il a envoyé son adjoint Rudolph Hess en Grande-Bretagne à demander la paix en mai 1941. Churchill had Hess locked away. Churchill avait enfermé Hess. Je ne comprends pas comment Hitler ne savait pas que les banquiers juifs Illuminati exercé le pouvoir décisif dans la Grande-Bretagne. C'était de notoriété publique en Grande-Bretagne ."Vous devez comprendre que cette guerre n'est pas contre Hitler ou le national-socialisme», Churchill est cité comme disant, "mais contre la force du peuple allemand, qui doit être brisé une fois pour toutes, indépendamment de savoir si il est dans les mains de Hitler ou d'un prêtre jésuite. (Winston Churchill, Hughes Emrys, sa carrière dans Guerre et Paix p. 145)

L'holocauste juif a également fait partie du plan, pour justifier la création de l' maçonnique «juif» de l'Etat. " Bernard Wasserstein écrit: «Durant les deux premières années de la guerre, où les autorités allemandes plié leurs efforts pour assurer l'exode des Juifs du Reich et des territoires occupés nazie, c'est le gouvernement britannique, qui a pris les devants en interdisant la fuite routes de l'Europe contre les réfugiés juifs.("La Grande-Bretagne et les Juifs d'Europe», 1939-1945, p. 345)

En mai 1940, les Britanniques étaient sur le point de la défaite. L'armée anglaise a été pris au piège à Dunkerque. Plutôt que de les faire prisonniers, Hitler stoppé ses généraux pendant trois jours permettant d'échapper à 330.000 hommes.

"Le sang de chaque seul Anglais est trop précieuse pour hangar,« Hitler a dit. «Nos deux peuples sont indissociables racialement et traditionnellement. C'est toujours mon but a été, même si nos généraux ne peuvent pas la saisir." (Kilzer, p.213) (Kilzer, p.213)


Tromperie Churchil

La politique britannique d'apaisement 1930 a été conçu pour encourager les tendances expansionnistes d'Hitler et à provoquer la guerre.

L'impérialisme anglo-américain est en fait un front pour les familles qui sont propriétaires de la Banque d'Angleterre et la Réserve fédérale. Ces familles juives et non juives sont connectées par l'argent, le mariage et le culte de Lucifer (c.-à-la franc-maçonnerie). Les deux Roosevelt et Churchill étaient leurs valets. (All our "leaders" are.) (Tous nos «leaders» sont.)

Voyons ceci avant d'aller plus en avant sur la question LONDRES ET SA GUERRE ''HITLER''



La famille royale d’Angleterre EST ALLEMANDE


Portant un titre royal, Sa Majesté n'a pas de nom de famille, mais, quand un est utilisé, c'est Windsor. Lors de sa naissance, son nom de famille était Wettin, et le nom de la Maison royale était Saxe-Cobourg et Gotha. En 1917, pendant la guerre avec l'Allemagne, le nom de la dynastie et le nom de famille personnel furent changés en Windsor pour éliminer le ton allemand.La Couronne d’Angleterre utilisa l’ancien roi Edouard pour organiser la Deuxième Guerre Mondiale. Et pour cela, il leur fallait jouer à la comédie, et faire semblant de se dissocier d’Édouard pour qu’il quitte Londres et magouille ailleurs, et ainsi éviter que l’Humanité soupçonne Londres d’avoir tout organisé…… ce qui était le cas, et vous allez voir les photos qui le prouvent. La censure (cinéma, littérature, théâtre,...) reste omniprésente en 1928.
On se demande même si cette statue de La Liberté ne fut pas pour consacrer la victoire mondiale d'Hitler car en réalité Londres par Hitler a réussi à éliminer le nombre de Juifs qu'il désirait, et de plus on sait qu'ils utilisent les guerres pour terrifier l'Humanité et nous mater (après une guerre on fait tout ce qu'ils veulent).......

Le Prince Philip quitte l’Allemagne pour l’Angleterre en 1933 avant d'être admis, en mai 1939, à l’École navale (Royal Navy College) de Darmouth. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert sur divers bâtiments (HMS Ramillies et HMS Valiant) dans les eaux territoriales britanniques, en Méditerranée, en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique.
======================

ALCAN a cojntribué à la mort de 25 millions de Juifs



PATIENTEZ..., il va s'afficher à la droite de cette page une centaine de sujets créés par moi en hypers liens. Et ne cliquez pas juste sur les phrases mais sur les dates (Janvier.... mars.... octobre....)

=======================


Pour arriver à trouver des solutions efficaces il faut d'abord considérer ceci.......
Pour la Monarchie: les peuples sont les ennemis et il faut les occuper et les discipliner par des guerres et éliminer ainsi les pauvres créées par leurs hiérarchies (équité, méritocratie, concurrence,...)
Causes mondiales = la Couronne d'Angleterre

LONDRES

se met à l'abri de tous soupçons

et crée pour cela des Sectes, des Ordres et des Sociétés Secrètes (Skull and Bones, Francs Maçonneries, Chevaliers de Malte ou de Colombs.....) pour laisser croire que ce n'est pas Londres la cause des décisions.
"En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi." - Franklin D. Roosevelt, Président des Etats-Unis de 1932 à 1945
La véritable Histoire ne s'apprend pas dans les manuels scolaires. Il y est question d'officines discrètes, d'agents secrets et de 'barbouzes', d'opérations militaires clandestines et souvent sanglantes, d'assassinats, de torture, de disparitions, de suicides, de manipulations en tous genres, de corruption et de scandales financiers, de réseaux occultes et de lobbies puissants et invisibles.

La Monarchie se maintient que par des guerres, et les Religions sont toutes nées des Monarchies et des Dynasties ----- de Lois en dogmes et en religions

Nous réclamons un Procès International et largement diffusé contre les Britanniques et les Américains (1) pour l'illégitimité de leur Guerre Anti-Terroriste; (2) et pour leurs deux Guerres Mondiales contre l'Humanité; (3) pour donner l'autorisation à leurs Armées de violer et tuer les enfants; ......

Tout le Commerce Internationale (de l'Angleterre) est compl;ice et criminellement responsable des guerres mondiales et de celles actuelles. Londres utilise les américains contre l'Humanité et pour empêcher d'éliminer la pauvreté car les Britanniques sont contre l'Égalité et le Partege puisqu'ils imposent l'Équité qui en est le contraire et qui justifie et crée les hiérarchies qui installent la pauivreté.




De Gaulle fait un discours en ALLEMAND. On croirait entendre HITLER.

video
voir l'image en taille réelle
Pour agir localement il faut avoir compris globalement
Il est vrai que De Gaulle était antisémite et qu'il a fait parti des gens qui ont mis Hitler en place et l'y ont maintenu jusqu'au temps qu'ils en avaient besoin.






Voyez la ressemblance étrange ente le roi Édouard à laquelle j’ai dessiné un moustache et HITLER….. Seraient-ils frères ?

Peut-être même des jumeaux

Les fils de la Reine Victoria ? ? ?

La famille royale d’Angleterre

a du sang AllemandE

Pour la Monarchie: les peuples sont les ennemis, et il faut les occuper et les discipliner par des guerres. La Première Guerre Mondiale fut créée par les 3 rois et empereurs COUSINS (Famille royale d'Angleterre)

Le Tsar, le Roi, l'Empereur et l'autre Roi qui ont Entraîné Le Monde Dans La Guerre


Londres créa LE COMITÉ INTERNATIONAL DES RÉVOLUTIONS (autre stratégie britannique pour régner en divisant).












Les vrais États-Tueurs-En-Séries


LA DROITE RELIGIEUSE méprise les humanistes quio défendent les pauvres que les religions créent.

ON A TANT À SE DÉPROGRAMMER


par l'intermédiaire de leurs laquais, les Warburgs. Paul Warburg, qui dirigeait durant sa création, la banque privée "Central Bank of America", la Réserve Fédérale, en 1913, siégeait comme directeur d'American IG. Bien sur, I.G Farben, qui organisait le camp des travaux forcés à Auchwitz, était en réalité, une division de Standard Oil, appartenant officiellement aux Rockefellers, mais en vérité l'empire des Rockefellers fut fondé par le Rothschilds. Lisez " Et la Vérité vous affranchira" et "Le plus Grand Secret" pour les détails de fond et les autres aspects de cette histoire. Les Rothschilds possédaient aussi les agences d'information-médias Allemandes durant les deux guerres et ainsi contrôlaient le courant d'informations "pour les Allemands" et le reste du Monde.
Incidemment, quand les troupes Alliées entrèrent en Allemagne, elles trouvent que les usines IG Farben, au cœur de la machine de guerre d'Hitler, n'avaient pas été détruites par les bombardements et de même, concernant les usines Ford- un autre supporter d'Hitler. Les autres usines furent détruites.

Donc la force derrière Hitler, représentant les Illuminatis, était Londres via la Maison de Rothschild
HITLER fut aussi protégé par la famille Royale d'Angleterre, la Maison de Windsor (en vérité la Maison Allemande de Saxe-Cobourg-Gotha), et incluant le "héro de guerre", Lord Mountbatten, un Rothschild et un sataniste. Leur parents royaux en Allemagne, que vous n'auriez jamais suspectés de supporter un homme apparemment de la rue comme Hitler, étaient parmi ses supporteurs les plus enthousiastes. Mais bien sur, ils savaient qui il était en réalité. Il n'y a aucun moyen possible lorsque vous étudiez l'obsession des Illuminatis concernant les lignées génétiques qu'Hitler n'eut été un des leurs. Langer écrit:
"Le père d'Hitler, Alois Hitler, était le fils illégitime de Maria Anna Schicklgruber. Il fut généralement supposé que le père d' Alois Hitler (Schicklgruber) était Johann Georg Hiedler. Il y a des gens qui doutent que Johann Georg Hiedler était le père d' Alois. Un document Autrichien fut préparé qui prouva que Maria Anna Schicklgruber vivait à Vienne au moment de la conception. A ce moment elle était employée comme servante dans la maison du Baron Rothschild. Aussitôt que la famille découvrit sa grossesse elle fut renvoyée dans sa famille….ou Alois naquit.

Le Président Americain, Woodrow Wilson, fut "conseillé" à Versailles par le Colonel House et Bernard Baruch, tous les deux des clones et chefs de la Table Ronde aux États-Unis; le Premier Ministre Britannique, Lloyd George, fut "conseillé" par Alfred Milner, l'employé de Rothschild et chef de la Table Ronde, et Sir Phillip Sassoon, un descendant direct de Mayer Amschel Rothschild, le fondateur de la dynastie; l'autorité francaise, Georges Clémenceau, fut "conseillé" par son ministre de l'Intérieur, Georges Mandel, dont le vrai nom était Jéroboam Rothschild.

Les banquiers établissent l'ORDRE MONDIAL par l'ORDRE MONÉTAIRE mais tous ces banquiers sont contrôlés par l'Angleterre.

Les grandes entreprises associées aux banquiers internationaux Morgan-Rockefeller ont subventionné et facilité l’ascension du totalitarisme et de l’industrie nazis. « General Motors, Ford, General Electric, DuPont et la poignée d’entreprises américaines intimement impliquées dans le développement de l’Allemagne nazie ont été à l’exception de la Ford Motor Company contrôlées par les élites de Wall Street la firme JP Morgan, la Chase Bank et Rockefeller dans une moindre mesure, la banque Warburg Manhattan », écrit l’économiste, historien, et auteur Antony C. Sutton dans son livre, Wall Street and the Rise of Hitler.

Le banquier influent Sidney Warburg l’a clairement admis. Il a écrit à propos des discussions tenues avec Hitler à la demande des financiers américains, de la Banque d’Angleterre et de sociétés pétrolières. Le livre de Warburg, Hitler’s Secret Backers, révèle qu’Hitler a reçu 10 millions de dollars de la part d’Kuhn Loeb & Cie en 1929, 15 millions de dollars en 1931, et 7 millions de dollars lorsque Hitler a pris le pouvoir en 1933, selon un rapport de l’UPI publié en Septembre, 1982.

Il a été révélé au cours du procès de Nuremberg sur les crimes de guerre qu’Edsel Ford, CE Mitchell, Walter Teagle, et Paul Warburg ont été étroitement impliqués dans le financement de l’ascension d’Hitler après 1933. « Paul M. Warburg, premier directeur de la Banque de Réserve fédérale de New York et président de la Banque de Manhattan, a été directeur de Farben et en Allemagne son frère Max Warburg était également administrateur d’IG, Farben. HA Metz d’IG Farben était également administrateur de la Warburg Bank of Manhattan. Enfin, Carl Bosch de l’American IG Farben était également directeur de Ford Motor Company AG en Allemagne « , écrit Sutton. Aucun d’entre eux n’a été « jugé à Nuremberg, et d’après les documents officiels, il apparaît qu’ils n’ont même pas été interrogés sur leur connaissance du financement d’Hitler en 1933″ (financement du parti nazi et du Volkspartie pour les élections de Mars 1933 en Allemagne ).

« Il est à noter que les plus gros contributeurs – IG Farben, la branche allemande de General Electric (et sa société affiliée Osram), et Thyssen – étaient associés aux financiers de Wall Street. Ces financiers de Wall Street ont été au cœur de l’élite financière et ils ont joué un rôle important dans la politique américaine contemporaine. »


En 2004, le journal britannique The Guardian a fait mention de George Bush père, feu le sénateur Prescott Bush, et de ses liens avec Hitler et les nazis. « Tout au long des décennies de vie publique de la famille Bush, la presse américaine s’est efforcée de passer sous silence un fait historique – que par le biais de l’Union Banking Corporation (UBC), Prescott Bush, et son beau-père, George Herbert Walker, avec l’industriel allemand Fritz Thyssen, a financé Adolf Hitler avant et pendant la Seconde Guerre mondiale « , écrit Toby Rogers. W. Averell Harriman et George Herbert Walker ont continué leurs relations avec le magnat de l’industrie allemande pendant près d’un an après l’entrée en guerre des États-Unis.

« Les intérêts nazis dans la Silesian-American Corporation, longtemps gérée par Prescott Bush et son beau-père George Herbert Walker, ont été saisis dans le cadre du « Trading with the Enemy Act », le 17 novembre, 1942″, écrit Webster Griffin Tarpley dans « George Bush: The Unauthorized Biography ». Ces actions ainsi que d’autres mesures prises par le gouvernement des États-Unis en temps de guerre ont été, malheureusement, trop peu nombreuses et sont arrivées trop tard. La famille du président Bush avait déjà joué un rôle central dans le financement et l’armement d’Adolf Hitler pour sa prise de pouvoir en Allemagne, en finançant et gérant le développement des industries de guerre nazies pour la conquête de l’Europe et la guerre contre les États-Unis; et dans le développement des théories génocidaires nazies et propagande raciste, avec leur résultats bien connus. »

En d’autres termes, sans le soutien financier de Bush, des banquiers de Wall Street, et des sociétés multinationales, Hitler serait resté un obscur ancien Gefreiter (soldat de seconde classe) dans l’armée allemande et un leader exubérant du parti national-socialiste des travailleurs allemands qui serait tombé dans l’oubli, comme cela est arrivé à tant d’autres partis dans les années tumultueuses de la République de Weimar. Sans d’Hitler et ses bankster et soutiens industriels, 160.000 soldats n’auraient pas atterri sur les plages de Normandie, et 10.000 soldats américains, britanniques et canadiens ne seraient pas morts.

Bush-grand-père, Henry Ford, General Electric, IBM, GM et les banquiers de Wall Street sont responsables de la mort de plus de 70 millions de personnes au cours de la Seconde Guerre mondiale, y compris environ 12 millions de morts causés par la famine due à la guerre en Chine, en Indonésie, en Indochine française et en Inde.

Le discours d’Obama à Colleville-sur-Mer est significatif, car il insiste sur le sacrifice et les « meilleurs d’entre nous [qui] ont été en mesure de ravaler quelque peu leurs craintes », même si ces craintes ont été cyniquement et lâchement fabriquées par une clique de banquiers internationaux déterminée à réaliser « l’ordre par le chaos » (pour reprendre la célèbre formule maçonnique), les massacres de masses, et une misère incommensurable.

Dans les mois à venir, nous pouvons nous attendre à « faire face aux difficultés et luttes de notre temps » et il nous sera dit que nous avons besoin de « perpétuer cette héritage de service et de sacrifice « , comme Obama l’a souligné dans son discours.

Obama aura aussi un discours tout préparé pour ces sacrifices. Il semble que la plupart d’entre nous – conditionnés par un flot sans fin de discours tout faits et d’histoire falsifiée – sommes prêts à accepter notre sort, sans gémir, mais surtout avec indifférence ou, au mieux, une stupide tendance à suivre le mouvement afin d’éviter toute anicroche.
Source: infowars


==================================

HITLER ET ULTIMA THULE

Société Thulé

Origines

Elle tire son nom de Thulé, partie la plus septentrionale d'Europe et lieu mythique pour les anciens Grecs et Romains. Le nom de Thulé figure notamment dans l'Enéïde du poète romain Virgile, et il est généralement admis que l'Ultima Thulé des anciens Grecs désignait les terres les plus au nord et tout particulièrement la Scandinavie. Certains membres de ce groupe pensaient que Thulé était ce qui subsistait d'un continent aujourd'hui disparu, appelé Hyperborée, et que ce continent était le berceau de la race aryenne. "Ultima Thulé" aurait été la capitale du premier continent colonisé par les Aryens.

Au départ, Thulé était une société de recherches ethnographiques. Sous la direction du professeur Félix Niedner, elle édita, à partir de 1912, une compilation en vingt-quatre volumes, Altnordische Dichtung und Prosa (en français Prose et poésie de l'Antiquité nordique). La guerre de 1914-18 dispersa ses collaborateurs. Un grand nombre en furent victimes. La paix revenue, le groupe se reforma, mais prit une orientation nouvelle sous l'influence de l'écrivain et professeur d'histoire Paul Rohrbach, qui a publié de nombreux ouvrages relatifs à l'Asie et au pangermanisme. Ce fut aussi Paul Rohrbach qui introduisit le Dr Karl Haushofer dans le groupe Thulé et qui finalement lui en confia la direction. Un autre membre influant fut Dietrich Eckart, lequel y introduisit le théoricien nazi Alfred Rosenberg. Jusque-là le groupe Thulé n'était qu'une sorte d'académie dilettante, légèrement snob.[1] La Société Thulé, elle, a été créée par le baron Rudolf von Sebottendorff le 17 août 1918. Diffusée à Munich, l'idéologie de cette société prônait l'antisémitisme[1], l'antirépublicanisme, le paganisme et le racisme. Son symbole, la croix de Wotan, divinité pré-germanique,n'est pas sans rappeler la croix gammée. Le salut de Thulé "Heil und Sieg" (Salut et victoire) fut repris par Hitler qui le transforma en "Sieg Heil." Ce salut, en liaison avec le bras levé, était un rituel magique utilisé pour la formation de voltes. Himmler y a largement puisé son fantasme d'une société allemande blonde aux yeux bleus, à l'image des anciens héros germaniques. Chef des SS, il participa aussi bien à la solution finale qu'à une autre opération moins connue, celle du "Lebensborn". Il s'agissait d'un lieu où les femmes allemandes au physique conforme aux idéaux du nazisme pouvaient "rencontrer" des soldats SS.

Des liens ont été imaginés avec l'hypothétique Société du Vril.

Vers 1923, Rudolf Hess, revenu à Munich, devient l'un des animateurs de l'Ordre de Thulé, dont Hermann Göring est l'un des membres les plus célèbres. L'étrange voyage de Hess, considéré alors comme le dauphin de Hitler, vers le Royaume-Uni en 1941, expédition par laquelle il voulait négocier une paix séparée et qui a abouti à son incarcération, aurait selon certains un rapport avec son appartenance à la Société Thulé et aux desseins de cette organisation à ce moment de la guerre.

Évolution et fin

Avec la croissance du NSDAP, le déclin de la société Thulé s'explique très bien. Sa fin définitive (tout comme la fin de l'Ordre des Germains lui-même) eut lieu plus tard lors du décret de 1937, qui interdisait toutes les loges franc-maçonnes et toutes les organisations apparentées aux loges. Quant à Sebottendorff, il se serait suicidé en se jetant dans le Bosphore en 1945.

Idéologie

L'idéologie de l'Ordre était fondée sur la croyance en l'existence de surhommes et d'une race humaine supérieure : les Aryens qui aurait vu le jour dans l'hypothétique Hyperborée. L'un de ses textes de référence est les Protocoles des Sages de Sion. Ce texte fut repris par Adolf Hitler comme pièce maîtresse de la propagande antisémite du Troisième Reich et par Alfred Rosenberg dans son ouvrage Le Mythe du XXe siècle.

L'idéologie professée par la société Thulé s'inspire d'un corpus d'éléments ésotériques et mystiques puisés dans l'Ariosophie de Guido von List, chez Jorg Lanz von Liebenfels, Rudolf von Sebottendorff, Helena Petrovna Blavatsky, Arthur de Gobineau, et des théories aryano-centristes de certains archéologues allemands.

Selon plusieurs auteurs grecs et latins il aurait existé dans des temps très reculés un continent situé à l'Extrême-Nord, qu'ils appelaient Hyperborée (Ultima Thulé), lequel aurait été peuplé d'hommes transparents. Ceux-ci, en s'alliant aux autres hommes, auraient donné naissance à des êtres humains de plus en plus opaques, mais leurs descendants auraient néanmoins conservé leurs facultés, supérieures à celles des humains ordinaires (voir Ánd).

Un des paradoxes de cette société est que plusieurs membres lisaient le Talmud dans le but de pratiquer l'occultisme et de formuler une théosophie anti-juive, alors que le Talmud est pourtant essentiel à la religion juive.

Liste controversée des membres

Personne ne connaît exactement la liste complète des membres, ce qui a amené certains auteurs à échafauder des théories diverses sur d'adhésion de personnalités à une « section secrète » de la société Thulé notamment au sein de l'élite SS.

Des auteurs comme Werner Gerson dans l'ouvrage cité ci-après, Jacques Bergier dans le Matin des Magiciens, et Trevor Ravenscroft dans la Lance du Destin, rapportent que les membres de Thulé, considéraient Rudolf Steiner et ses disciples comme leurs pires ennemis. Steiner a été Secrétaire général de la section allemande de la Société théosophique, avant la fondation de la Société Thulé.Comme certains membres de la Société Thulé auraient aussi été membres de la Société théosophique, l'amalgame était facile.

René Alleau affirme avoir découvert en Allemagne la liste des membres de la Société Thulé, publiée en 1933 par R. von Sebottendorff, laquelle comprend 226 noms, mais pas celui de Rudolf Steiner[2]. Dans sa liste, von Sebottendorff ne mentionne pas Hitler comme membre de la Société Thulé, mais écrit en 1933, qu'il fut fréquemment « l'hôte de la Thulé »[3].


=================================

*** On a beau avoir des Bureaux de recensements dans tous les Pays: ils ne sont pas foutus de nous dire les chiffres exacts de décès suite aux pandémies (grippes espagnoles) et aux guerres mondiales. On voit qu'ils cachent les faits et les minimisent.

http://s1.e-monsite.com/2010/06/30/21024319edouad-traitre-1-gif.gif

Napoléon a dit ''L'HISTOIRE EST UNE SUITE DE MENSONGES CONVENUS''

Heil Hitler, heil kings, HEIL QUEENS
voir l'image en taille réelle


En 1944 personne ne connaissait le nombre exact de morts..... même maintenant les chiffres vont de 40 a 80 millions de morts voire beaucoup plus ......

TOUT COMPRENDRE ENFIN

La reine Élisabeth 1 et son mari le roi Georges V1 avec le Pape Jean XX111 sont les coupables: ils continuent c e que le roi Geoirges V avait commencé avec son épouse la reine Mary. Ce sont eux qui ont créé les Guerres Mondiales. Ils ont utilisés leurs pions tel Staline et Hitler. En arrière d'Hitler il y avait l'empereur d'Allemagne Guillaume 11 et qui était cousin de la reine d'Angleterre et le frère du roi George V1; et puis en Russie avant l'arrivée de Staline il y avait le Tsar Nicholas 11 et lui aussi était cousin germain avec la couronne d'Angleterre.

Plus de 60 millions de soldats ont pris part à la Première Guerre Mondiale. Pendant cette guerre, environ 10 millions de personnes sont décédées et environ 20 millions sont devenues invalides. Sans compter les 40 millions et plus de gens morts de la grippe espagnole.

72 millions de victimes pendant la Seconde Guerre mondiale, dont 20 millions de soldats, 45 millions de civils (dont 17M de Soviétiques ). 7 millions de personnes ont été exterminées : 6 millions de juifs, 1 millions de gitans, de témoins de Jéhovah, d'homosexuels, de dissidents politiques , d'HUMANISTES et d'handicapés. Parmi eux : 1 million et demi étaient des enfants. Et pourquoi nos télés ne parlent que des 6 millions de Juifs pensez-vous? Pour nous faire oublier que la Première Guerre Mondiale a fait plus de 150 millions de victimes et probablement que la Deuxième en 2 fois plus .... le temps nous le dira.

Et oui, 45 millions de civils sont morts dans les combats et les bombardements et le nombre de victimes civiles est supérieur à celui des victimes militaires. Des peuples entiers sont presque décimés (ainsi on comptait sept millions de Juifs en Europe avant la guerre et seulement un million après) et des populations sont détruites. La Pologne a perdu environ 15% de sa population.

Environ 11 millions de personnes auraient été directement exécutées sur les ordres d'Adolf Hitler.

L’ouverture des camps, le retour des prisonniers, le redécoupage des frontières, la peur des soldats russes lorsqu’ils entrent en Allemagne entraînent de vastes mouvements de populations.

70 millions de soldats ont été mobilisés.
17 millions sont morts, soit :
1 Russe sur 22
1 Allemand sur 25
1 Japonais sur 46
1 Anglais sur 150
1 Italien sur 150
1 Français sur 200
1 Américain sur 500

Plus de 3 millions de prisonniers de guerre russes ont été éliminés parce qu’ils étaient slaves.

================================

Bilan des victimes

URSS 7 500 000 Militaires, 13 600 000 Civils Chine 3 800 000 Militaires, 16 200 000 Civils Indonésie - 4 000 000 Militaires Allemagne 3 250 000 Militaires, 3 810 000 Civils Pologne 320 000 Militaires, 5 500 000 Civils Japon 1 300 000 Militaires, 700 000 Civils Yougoslavie 300 000 Militaires, 1 400 000 Civils Roumanie 520 000 Militaires, 465 000 Civils Hongrie - - 750 000 Grèce - - 574 000 France 238 000 Militaires, 330 000 Civils Autriche 380 000 Militaires, 145 000 Civils Italie 330 000 Militaires, 80 000 Civils Tchécoslovaquie - - 400 000 Royaume-Uni 382 600 Militaires, 67 800 Civils États-Unis 416 800 Militaires, 1 700 Civils Pays-Bas 12 000 Militaires, 198 000 210 000 Belgique 12 000 Militaires, 76 000 88 000 Finlande - - 84 000 Canada 45 300 Militaires Inde 87 000 Militaires, 1 500 000 Civils Australie 39 400 Militaires, 700 Civils Albanie - - 28 000 Espagne 12 000 Militaires, 10 000 Civils Bulgarie 19 000 Militaires, 2 000 Civils Nouvelle-Zélande 12 000 Norvège - - 10 262 Afrique du Nord 9 000 Militaires Luxembourg 5 000 Danemark 4 000 Militaires

Nombre total des victimes 64 781 162

================================================
Staline et Trotsky, espions de Londres, se sont rencontrés à Londres alors qu'ils ne se connaissaient pas encore.... et c'est là qu'ils ont joués aux ennemis dans le but britannique de mêler tout le monde afin de dépeupler

Henri Ford et GM, ALCAN... ont joué sur tous les tableaux, fabriquant aux USA des chars pour les alliés et en Europe des véhicules pour les nazis. Les GIs américains qui se battaient en Europe contre les troupes d’Hitler eurent la surprise de découvrir que les militaires allemands conduisaient des camions Ford. S’ils avaient porté leurs regards vers le ciel, ils auraient pu voir voler les avions nazis construits par Opel, une filiale de General Motors (GM). En 1939, les filières allemandes de General Mot alors et Ford approvisionnaient 70% du marché allemand de voitures. Il faut savoir qu'Henry Ford, comme Prescott Bush (grand-père de Bush) faisait parti du conseil d'administration de BBH (Brown Brothers Harriman, qui prétendait être la plus grande banque d'investissement privée du monde). L’admiration était apparemment réciproque. En juillet 1938, Henry Ford acceptait une médaille du gouvernement allemand, la plus grande récompense qui pouvait être remise à un étranger par les Nazis. Un mois plus tard, James Mooney, un haut dirigeant de GM, recevait également une médaille du gouvernement allemand "pour les grands services rendus au Reich." L’écrivain anglais Charles Higham cite ces paroles de Mooney, en 1940 : "Hitler est dans le vrai, et je ne ferai rien qui puisse le contrarier." A la fin de la guerre, Henry Schneider, un enquêteur de l’armée américaine, qualifiait la filiale allemande de Ford d’"arsenal du nazisme, du moins pour les véhicules militaires". D’après Schneider, ce dispositif avait l’approbation des dirigeants de Ford, aux USA. La reconnaissance des Nazis pour Ford et GM était bien fondée : les camions "Blitz", produits dans une usine construite par GM à Berlin, étaient une composante majeure de la "Blitzkrieg", l’agression allemande contre ses pays voisins : la Pologne, l’URSS et la France. Opel, la filiale allemande de GM, et Ford-Allemagne étaient les deux premiers constructeurs de camions pour les forces militaires allemandes.

Prescott Bush et ses partenaires avaient pris pied en Allemagne dès les années 20 en rachetant la compagnie de navigation Hambourg-America Line qui détenait la quasi-exclusivité du trafic maritime allemand vers les Etats-Unis. Il s’agissait là d’une première étape. La banque installa son antenne européenne à Berlin et élabora de nombreux partenariats, notamment avec certains des industriels les plus puissants du pays. Au premier rang desquels Fritz Thyssen, propriétaire du groupe sidérurgique qui portait son nom. Thyssen allait publier quelques années plus tard un livre remarqué, au titre éloquent : « J’ai financé Hitler ». Véritable profession de foi envers le national-socialisme, l’ouvrage confirmait également ce qui était déjà de notoriété publique : Thyssen avait aidé le mouvement nazi dès octobre 1923, et on le

qualifiait de « banquier privé de Hitler ».

BUSH est évangéliste
HARPER est évangéliste
OBAMA est évangéliste


Pendant des dizaines d'années, des rumeurs liant la première famille américaine
à la machine de guerre nazie ont circulé. Aujourd'hui, le Guardian vous révèle ce que
l’actuel président ressent après tout ce qui a suivi l'application du “Trading with the
Ennemi Act
” [la loi réprimant le commerce avec l'ennemi].

Le grand-père de George W. Bush, Prescott Bush, a été un sénateur américain. Il a aussi été directeur et actionnaire de plusieurs sociétés qui ont tiré profit de leurs liens avec les bailleurs de fonds de l’Allemagne nazie. Le Guardian, en fouillant dans les Archives Nationales Américaines, récemment ouvertes, a obtenu confirmation qu’une société dont Prescott Bush était directeur était impliquée avec les architectes financiers du Nazisme. Ces relations d'affaires se sont poursuivies jusqu'à la saisie en 1942 des capitaux de cette société, qui tombait sous le coup de la loi “Trading with the Ennemi Act”. Plus de 60 ans plus tard, ces relations d'affaires avec la machine nazie ont conduit deux anciens ouvriers du bâtiment, esclaves à Auschwitz, à intenter une action civile contre la famille Bush. Ces histoires ont été au coeur d'une controverse pré-électorale qui sent mauvais.

Saisi de cette preuve, un ancien procureur américain qui a poursuivi les crimes de guerre nazis a démontré que les actes de l’ancien sénateur, pour avoir aidé et renforcé l’ennemi, auraient dû justifier des poursuites.

Ce débat autour du comportement de Prescott Bush est en effervescence depuis quelque temps déjà. Les ‘chats’ (ces bavardages sur Internet) sont très nombreux au sujet des liens entre Prescott Bush et les Nazis, et beaucoup sont inexacts et injustes. Mais ces nouveaux documents, dont un grand nombre n'a été déclassifié que l'année dernière, montrent que Prescott Bush a travaillé et tiré profit de compagnies qui avaient été impliquées de très près dans le financement de l’accession d’Hitler au pouvoir. Même après l’entrée en guerre de l'Amérique et alors que l'on disposait déjà de renseignements significatifs concernant la politique et les plans des Nazis. Certains sous-entendent même que l'argent que Prescott Bush a gagné grâce à ces relations d'affaires a aidé à établir la fortune de la famille Bush et à mettre le pied à l’étrier à sa dynastie politique.

Aussi étonnant que cela paraisse, peu de ces relations, des Bush avec l'Allemagne, ont fait l’objet d’un examen public rigoureux, en partie à cause du statut de secret conféré à la documentation qui l'impliquait. Mais aujourd’hui, l'action en justice contre la famille Bush, intentée par deux survivants de l'Holocauste et qui réclament plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts, ainsi que la publication imminente de trois livres sur ce sujet, menacent de faire de cette histoire, relative aux affaires de Prescott Bush, une édition inconfortable pour son petit-fils, George W., alors qu’il cherche à se faire réélire.

Bien que rien ne laisse suggérer dans ces documents que Prescott Bush ait eu la moindre sympathie pour la cause nazie, ils révèlent néanmoins que la société pour laquelle il travaillait, Brown Brothers Harriman (BBH), a agi comme base américaine pour l'industriel allemand — Fritz Thyssen — qui a aidé à financer Hitler au cours des années 1930, avant de se quereller avec lui à la fin de la décennie. Le Gardian a pu voir la preuve montrant que Bush était le directeur de l’Union Banking Corporation (UBC), basée à NewYork , qui représentait les intérêts américains de Thyssen, et qu’il avait continué à travailler pour cette banque après l’entrée en guerre de l’Amérique.


L’énigme…

Bush siégeait aussi au conseil d'au moins une des sociétés qui faisaient partie d'un réseau multinational de sociétés de couvertures, et qui permettaient à Thyssen de déplacer ses capitaux autour du monde.

Thyssen possédait la plus grande compagnie d'acier et de charbon d’Allemagne et il a construit sa richesse grâce aux efforts d'Hitler pour réarmer l’Allemagne entre les deux guerres mondiales. Un des piliers de ce réseau corporatif international construit par Thyssen, UBC travaillait exclusivement pour une banque néerlandaise, qui possédait d’ailleurs UBC, et qui était elle-même contrôlée par Thyssen.

Plus énigmatiques sont les liens de Bush avec la Consolidated Silesian Steel Company (CSSC), basée en Silésie, sur la frontière germano-polonaise, et riche en minerais. Pendant la guerre, cette société a profité de l’esclavagisme organisé par les Nazis dans les camps de concentration, notamment à Auschwitz. La propriété de la CSSC a changé de mains plusieurs fois au cours des années 30, mais les documents des archives nationales américaines, déclassifiés l'année dernière, relient Bush à la CSSC, bien qu'il ne soit pas très clair si lui et l’UBC étaient toujours impliqués dans cette société lorsque les actifs américains de Thyssen furent saisis en 1942.


Trois séries d’archives expliquent clairement le rôle de Prescott Bush. Elles sont toutes trois facilement disponibles, grâce à l’efficace système d'archives américain et à son personnel précieux et dévoué, tant à la Bibliothèque du Congrès à Washington qu'aux Archives Nationales à l'Université du Maryland.

Le premier ensemble de dossiers, à la Bibliothèque du Congrès, sont des documents administratifs concernant Harriman et montrent que Prescott Bush était directeur et actionnaire d'un certain nombre de compagnies impliquées avec Thyssen.

Le deuxième ensemble de documents, qui se trouve aux Archives Nationales et qui est classé sous le numéro 248, établit l’historique de la saisie des actifs de la compagnie. Ces documents établissent que le 20 octobre 1942 le Séquestre des Propriétés Etrangères [Alien Property Custodian] a saisi les actifs de l'UBC, dont le directeur était Prescott Bush. Après une étude détaillée des livres de la banque, d’autres saisies eurent lieu dans deux filiales, la Holland-American Trading Corporation et la Seamless Steel Equipment Corporation. Dès le mois de novembre, cette année-là, la Silesian-American Company — une autre société de Prescott Bush — avait aussi été saisie.

Le troisième ensemble de documents, provenant aussi des Archives Nationales, se trouve dans les dossiers concernant IG Farben, qui a été poursuivie pour crimes de guerre.

Un rapport remis en 1942 par le Séquestre des Propriétés Étrangères établissait la liste des compagnies : “depuis 1939, ces biens (acier et mines) étaient la possession du gouvernement Allemand, qui les dirigeait, et ont sans aucun doute aidé considérablement l’effort de guerre de ce pays.”

Prescott Bush, un charmeur d’un-mètre-quatre-vingt-dix et doté d’une belle voix, fonda la dynastie politique des Bush et il a même été considéré une fois comme candidat présidentiel potentiel. Comme George (son fils) et George W (son petit-fils) il a fait ses études à Yale où il fut, comme le furent ses descendants après lui, membre des Skull & Bones [Crânes & Os], société secrète étudiante très influente. Il était capitaine d'artillerie pendant la première guerre mondiale et il se maria en 1921 à Dorothy Walker, la fille de George Herbert Walker.

En 1924, son beau-père, un célèbre banquier d'investissement de St-Louis, l’a aidé à lui mettre le pied à l’étrier dans les affaires, à New York, avec Averel Harriman, riche fils du magnat du chemin de fer, E. H. Harriman, qui était devenu banquier.

Une des premières missions que Walker confia à Bush fut de diriger l’UBC. Bush était membre-fondateur de cette banque et les documents administratifs qui le listent parmi les sept directeurs montrent qu'il a possédé une part dans UBC d'une valeur de 125 dollars.

La banque fut créée par Harriman et le beau-père de Bush pour fournir une banque américaine aux Thyssen, la famille industrielle la plus puissante d'Allemagne.

Auguste Thyssen, le fondateur de la dynastie avait été un donateur important lors de la première guerre mondiale pour les efforts de guerre allemands, et au cours des années 1920, lui et ses fils Fritz et Heinrich établirent un réseau de banques et de compagnies outre-mer. Ainsi, leurs actifs et leurs capitaux pourraient être transférés ‘off-shore’ s’ils étaient de nouveau menacés.

Au moment où Fritz Thyssen hérita de cet empire d'affaires, en 1926, la reprise économique de l'Allemagne s’affaiblissait. Après avoir entendu Adolf Hitler, Thyssen s’est retrouvé hypnotisé par le jeune semeur de discordes. Il rejoignit le parti Nazi en décembre 1931 et avoua, dans son autobiographie intitulée “J’ai Payé Hitler”, avoir financé Hitler alors que les Nationaux-Socialistes n’étaient encore qu’un parti de frange radical. Il intervint plusieurs fois pour tirer d'affaire le parti, alors que ce dernier se débattait : en 1928 Thyssen acheta le Barlow Palace sur Briennerstrasse, à Munich, qu’Hitler avait converti en “Maison Brune” [Brown House], le siège social du parti Nazi. L'argent provenait d'une autre institution off-shore de Thyssen, la Bank voor Handel en Scheepvarrt de Rotterdam.

A la fin des années 1930, Brown Brothers Harriman, qui prétendait être la plus grande banque d'investissement privée du monde, et UBC avaient acheté et expédié en Allemagne des millions de dollars d'or, de carburant, d’acier, de charbon et de bons du Trésor américain, à la fois alimentant et finançant les préparations de guerre d’Hitler.

Entre 1931 et 1933, UBC a acheté pour plus de 8 millions de dollars d’or, dont 3 millions de dollars furent expédiés à l'étranger. Selon les documents dont The Gardian a pris connaissance, après qu'UBC eut été fondée, elle a transféré 2 millions de dollars vers les comptes de BBH, et entre 1924 et 1940 les actifs d'UBC s’élevaient autour de 3 millions de dollars, ne baissant à 1 million qu’en de rares occasions.

En 1941, Thyssen a fui l'Allemagne après s’être querellé avec Hitler, mais il fut capturé et détenu en France jusqu’à la fin de la guerre.

Durant toutes les années 30, il n'y avait rien d'illégal à faire des affaires avec les Thyssen et nombre d’entreprises américaines, parmi les plus connues, avaient lourdement investi dans la reprise économique allemande. Cependant, tout changea après que l'Allemagne eut envahi la Pologne en 1939. Même à cette date, on pourrait soutenir que BBH était dans ses droits en continuant ses relations d'affaires avec les Thyssen, et ce jusqu'à la fin de 1941, puisque les Etats-Unis étaient techniquement toujours neutres, du moins, jusqu'à l'attaque de Pearl Harbor. Le problème est né le 30 juillet 1942 lorsque le Herald Tribune de New York publia un article intitulé “L'ange d'Hitler a 3 millions de dollars dans une banque américaine”. Les énormes achats d'or d'UBC avaient fait s’élever des soupçons selon lesquels la banque était en fait une “coquille artificielle et secrète”, cachée à New York, pour Thyssen et d'autres huiles Nazies. La Commission sur les Propriétés Étrangères (Alien Property Commission — APC) lança une enquête.

On ne conteste pas que le gouvernement américain ait saisi, en automne 1942, un ensemble d’actifs contrôlés par BBH – y compris UBC et la SAC – en vertu du “Trading with Ennemi Act”. La controverse est de savoir si Harriman, Walker et Bush ont vraiment possédé, sur le papier, plus que ces sociétés.

Erwin May, attaché au Trésor et officier au département d'enquête de l'APC, examina les affaires d'UBC. La première chose qui apparut fut que Roland Harriman, Prescott Bush et les autres directeurs ne détenaient pas réellement leurs propres parts dans UBC, mais les détenaient simplement pour le compte de la Banque voor Handel. D'une façon étrange, personne, y compris le président de l'UBC, ne semblait savoir qui possédait la banque basée à Rotterdam.

May écrivit dans son rapport, daté du 16 août 1941 : “l’Union Banking Corporation, immatriculée le 4 août 1924, est entièrement possédée par la Banque voor Handel en Scheepvaart N.V de Rotterdam, Pays-Bas. Mon enquête n'a produit aucune preuve quant à la propriété de la banque néerlandaise. M. Cornelis [sic] Lievense, le président d'UBC, dit qu’il ne sait rien sur les propriétaires de la Banque voor Handel, mais croit qu’il est possible que le Baron Heinrich Thyssen, le frère de Fritz Thyssen, puisse en posséder une part substantielle.”

May disculpa la banque de l’accusation selon laquelle elle aurait constitué une base arrière dorée pour les chefs Nazis, mais il décrivit un réseau de compagnies s'étendant d'UBC à travers l'Europe, l'Amérique et le Canada et expliqua comment l'argent de voor Handel voyageait de ces compagnies vers UBC.

En septembre, May localisa les origines des membres non-américains du conseil d'administration et constata que le Néerlandais HJ Kouwenhoven – qui avait rencontré Harriman en 1924 pour monter UBC –avait plusieurs autres emplois : non seulement il était le directeur général de voor Handel, il était aussi le directeur de la banque d'Auguste Thyssen, à Berlin, et directeur de l’Union Steel Works de Fritz Thyssen, la holding qui contrôlait l’empire Thyssen, constitué de l’Acier et des mines de l’Allemagne.

En quelques semaines, Homer Jones, le chef de la division de recherche et d'enquête de l’APC envoya un mémorandum au conseil de direction de l'APC recommandant que le gouvernement américain place UBC ainsi que ses actifs sous séquestre. Jones citait dans ce mémorandum les directeurs de la banque, en y incluant le nom de Prescott Bush et écrivait : “Les dites actions sont détenues par les individus susmentionnés, qui n’étaient toutefois que des candidats agréés de la Banque voor Handel de Rotterdam, Pays-Bas, et qui sont possédées en réalité par un ou plusieurs membres de la famille Thyssen et des ressortissants allemands et hongrois. Les 4.000 parts ci-avant établies sont donc favorablement possédées et aident aux intérêts de ressortissants ennemis et sont séquestrables par l'APC,” selon le mémorandum des Archives nationales dont le Gardian a pris connaissance.

La main dans le sac …

Jones recommanda que les actifs soient liquidés au profit du gouvernement, mais à la place, UBC fut maintenue intacte et finît par retourner, après la guerre, aux actionnaires américains. Certains prétendent que Bush aurait vendu ses part d’UBC après la guerre pour un montant de 1,5 millions de dollars – une somme colossale à l’époque – mais il n’y a pas de preuve documentée pour étayer cette thèse. Aucune poursuite supplémentaire n’a jamais été engagée, et l’enquête n’est pas allée plus loin, malgré le fait qu UBC ait été prise la main dans le sac à diriger une société écran américaine pour le compte de la famille Thyssen, huit mois après l’entrée en guerre de l’Amérique et qu’il s’agissait de la banque qui avait financé en partie l’ascension d’Hitler vers le pouvoir.

La partie la plus énigmatique de cette histoire reste entourée de mystère : c’est le lien, si il y en a un, entre Prescott Bush, Thyssen, Consolidated Silesian Steel Company (CSSC) et Auschwitz.

L’associé de Thyssen dans United Steel Works, et qui possédait dans cette région des mines de charbon et des fonderies d’acier, était Friedrich Flick, un autre magnat de l’acier qui détenait aussi des actions de IG Farben, la puissante entreprise de l’industrie chimique allemande.

Les usines de Flick en Pologne utilisaient à plein régime le travail d’esclaves provenant des camps de concentration en Pologne. Selon un article du New York Times publié le 18 mars 1934, Flick possédait les deux tiers de CSSC, tandis que des “Intérêts américains” détenaient le reste.

Les documents provenant des Archives Nationales Américaines montrent que l’implication de BBH dans CSSC ne se limitait pas, au milieu des années trente, à sieulement détenir ces actions. L’ami et frère “bonesman” de Bush, Knight Woolley, un autre associé dans BBH, écrivit à Averill Harriman en janvier 1933, mettant en garde sur les problèmes que rencontrait la CSSC après que les polonais eurent commencé leur nationalisation de ces usines. “La situation de la Consolidated Silesian Steel Company est devenue de plus en plus critique, et, en conséquence, j’ai fait venir Sullivan et Cromwell pour m’assurer que nos intérêts sont protégés,” écrivit Knight. “Après avoir étudié la situation, Foster Dulles insiste pour que leur homme en poste à Berlin soit mis au courant et qu’il dispose de l’information dont les directeurs, là-bas, devraient disposer. Vous n’avez pas oublié que Foster est directeur et qu’il est particulièrement attaché à s’assurer qu’aucune responsabilité ne puisse être attribuée aux directeurs américains.”

Mais la propriété de la CSSC, entre 1939, lorsque les Allemands ont envahi la Pologne, et 1942, lorsque le gouvernement américain a enquêté sur UBC et le SAC, n’est pas bien déterminée.

“La SAC possédait des mines de charbon et c’est elle qui possédait effectivement la CSSC entre 1934 et 1935, mais lorsque la SAC fut contrôlée, il n’y avait pas de trace de la CSSC. Toute preuve concrète de propriété disparaît après 1935 et il ne reste que quelques traces en 1938 et 1939,” rapporte Eva Schweitzer, journaliste et auteur du livre ,”Ameica and The Holocaust”, qui sortira le mois prochain.

La Silésie a rapidement été intégrée au Reich allemand après son invasion, mais tandis que les usines polonaises furent saisies par les Nazis, celles qui appartenaient aux Américains, toujours neutres, ainsi qu’à d’autres nationalités, furent traitées avec plus de précaution puisque Hitler espérait encore persuader les Etats-Unis de rester au moins en dehors de la guerre en tant que pays neutre. Schweitzer dit que les intérêts américains étaient considérés au cas par cas. Les Nazis ont racheté certaines usines, pas les autres.

Les deux survivants de l’Holocauste, qui poursuivent le gouvernement américain ainsi que la famille Bush en justice, réclament des dommages et intérêts pour un montant de 40 milliards de dollars en compensation des bénéfices que les deux parties ont tiré avec l’esclavagisme qui eut lieu à Auschwitz pendant la deuxième guerre mondiale.

Kurt Julius Goldstein, 87 ans, et Peter Gingold, 85 ans, ont engagé une action collective en Amérique en 2001, mais le procès à été rejeté par la Juge Rosemary Collier sur la base que le gouvernement ne peut être tenu responsable selon le principe de “la souveraineté de l’état”.

Jan Lissmann, l’un des avocats de ces survivants, a déclaré: “Le Président Bush a retiré la signature du Président Bill Clinton au traité [qui établissait cette cour], non seulement pour protéger les Américains, mais aussi pour se protéger lui-même ainsi que sa famille.”

Lissmann défend l’idée selon laquelle les procès relatifs aux génocides relèvent de la loi internationale, ce qui oblige les gouvernements à rendre des comptes sur leurs actions. Il réclame que les attendus soient invalidés puisqu’il n’y pas eu d’audience.

Dans leurs demandes, M. Goldstein et M. Gingold, président honoraire de la Ligue des Antifascistes, suggèrent que les Américains étaient conscients de ce qui se passait à Auschwitz et auraient dû bombarder ce camp.

Les avocats qui ont aussi présenté une motion à La Haye, demandant une opinion pour savoir si la souveraineté de l’état est une raison valable de refuser d’entendre leur cas. Un verdict est attendu d’ici un mois.

La pétition envoyée à La Haye établit: “A partir d’avril 1944, L’American Air Force aurait pu détruire, à l’aide de raids aériens, le camp, ainsi que les ponts de chemin de fer et les voies ferrées entre la Hongrie et Auschwitz. Le meurtre d’environ 400.000 victimes hongroises de l’Holocauste aurait pu être évité.”

Le procès s’articule autour d’un décret présidentiel, passé le 22 janvier 1944 et signé par le Président Franklin Roosevelt, qui demandait au gouvernement de prendre toutes les mesures pour sauver les Juifs européens. Les avocats prétendent que cet ordre a été ignoré à cause de la pression exercée par un groupe de grosses sociétés américaines, dont BBH, dans laquelle Prescott Bush était directeur.

Lissmann déclare : “Si la cour rend un avis positif cela causera au [Président] Bush d’énormes problèmes et le rendra personnellement responsable du paiement des dommages et intérêts.”

Le gouvernement américain et la famille Bush rejettent toutes les demandes qui ont été faites contre eux.

En plus du livre d’Eva Schweitzer, deux autres ouvrages sont sur le point d’être publiés et ils soulèvent le sujet de l’histoire des affaires de Prescott Bush. L’auteur du second ouvrage, qui doit être publié l’année prochaine, John Loftus, est un ancien procureur américain qui a poursuivi des criminels de guerre Nazis dans les années 70. Il vit maintenant à St-Petersburg, en Floride, et gagne sa vie en tant que commentateur sur la sécurité pour Fox News et la radio ABC. Loftus travaille sur un roman qui utilise une partie du matériel qu’il a réuni à propos de Bush. Loftus a insisté pour dire que ce dans quoi Prescott Bush a été impliqué n’a été rien d’autre que ce que de nombreux autres hommes d’affaires américains et britanniques faisaient à ce moment-là.

“Vous ne pouvez pas plus blâmer Bush pour ce que son grand-père a fait que vous ne pouvez blâmer Jack Kennedy pour ce que son père à fait – acheter des actions nazies – mais ce qui est important c’est la couverture, comment cela a -t-il pu marcher aussi bien pendant un demi siècle, et y a-t-il pour nous des conséquences à en tirer aujourd’hui ?” a-t-il dit.

“Il s’agit du mécanisme qui permit de financer Hitler pour qu’il retourne au pouvoir ; Il s’agit du mécanisme qui permit le réarmement de l’industrie du Troisième Reich ; il s’agit du mécanisme qui permit de rapatrier les profits engendrés par les Nazis vers des propriétaires américains ; il s’agit du mécanisme qui permit de calmer les enquêtes sur le blanchiment financier du Troisième Reich,” dit Loftus, qui est aussi vice-président du musée de l’Holocauste à St-Petersburg.

“L’Union Banking Corporation était une société holding pour les Nazis, pour Fritz Thyssen,” dit Loftus. “A différents moments, la famille Bush a essayé de le nier, disant qu’ils étaient détenus par une banque hollandaise et que ce n’est que lorsque les Nazis annexèrent les Pays-Bas qu’ils réalisèrent alors que les Nazis contrôlaient apparemment cette société et que c’est la raison pour laquelle les supporters de Bush prétendent que lorsque la guerre fut finie ils récupérèrent leur argent. Les enquêtes engagées par le Trésor américain et les enquêtes des services de renseignements en Europe ont toutes deux établi que c’est du pipi de chat. Ils ont toujours su qui étaient les ultimes bénéficiaires.”

“Il n’y a plus personne d’encore vivant qui pourrait être poursuivi mais cela ne les a pas empêchés d’y échapper,” dit Loftus. “En tant qu’ancien procureur, je ferais le procès de Prescott Bush, de son beau-père (George Walker) et d’ Averill Harriman, pour avoir apporté de l’aide et renforcé l’ennemi. Ils sont restés au conseil d’administration de ces sociétés alors qu’ils savaient qu’elles contribuaient aux bénéfices financiers de la nation Allemande.”

Loftus a dit que Prescott Bush avait dû être conscient de se qui se passait en Allemagne à ce moment-là. “Je parie qu’il n’était pas un gendre très brillant et qu’il faisait ce que Herbert Walker lui disait de faire. Walker et Harriman étaient les mauvais génies, ils n’avaient que faire des Nazis pas plus que de leurs investissements avec les Bolcheviques.”

Ce qui est aussi en question est combien d’argent Bush a gagné, grâce à cette implication. Ses supporters suggèrent qu’il ne détenait qu’un jeton de présence. Loftus le conteste, et il cite des sources “du milieu de la banque et des renseignements” et suggère que la famille Bush, par l’intermédiaire de George Herbert Walker et de Prescott, a reçu la somme de 1,5 millions de dollars lors de cette implication. Toutefois, il n’y a pas de trace écrite de cette somme.

La troisième personne qui va publier sur ce sujet est John Buchanan, 54 ans, journaliste dans un magazine basé à Miami, qui a commencé à examiner ces documents alors qu’il travaillait sur un scénario. L’année dernière, Buchanan a publié ses découvertes dans la vénérable – et de circulation réduite – New Hampshire Gazette, sous le titre “Des Documents dans les Archives Nationales Prouvent que le Grand-père de George Bush a Fait du Commerce Avec les Nazis – Même Après Pearl Harbor”. Il s’étend sur ce sujet dans son livre qui sera publié le mois prochain – “Fixing America: Breaking the Stranglehold of Corporate Rule, Big Media and the Religious Right” [Réparer l’Amérique : En finir avec l’étranglement causé par les règles des Corporations, les grands médias et la droite religieuse.]

Dans cet article, Buchanan, qui a surtout travaillé dans le commerce et dans la presse musicale avec un détour en tant que reporter à Miami, prétendait que “les faits essentiel sont apparus sur Internet et dans des ouvrages relativement obscurs mais ont été niés par les médias et la famille Bush comme étant des diatribes sans fondement. »

Buchanan souffre d’hypermanie, une forme de maniaco-dépression, et lorsqu’il s’est retrouvé débouté de son effort initial pour intéresser les média, il a répondu par une série de menaces contre les journalistes et les maisons de presse qui l’avaient éconduit. Ces menaces, contenues dans des méls, suggéraient qu’il exposerait les journalistes comme étant des “traîtres à la vérité.”

Sans surprise, il a rapidement rencontré des difficultés à voir ses appels retournés. Le plus sérieusement du monde, il dut faire face à des accusations aggravées comme homme de paille à Miami, en relation avec un homme avec lequel il s’était brouillé à propos du meilleur moyen de publier ses découvertes. L’accusation a été abandonnée le mois dernier.

Une biographie flatteuse …

Buchanan a dit qu’il regrettait que son comportement ait mis à mal sa crédibilité mais que son but principal avait été de contenir la publicité qui était faite sur cette histoire. Loftus et Schweitzer disent tous deux que Buchanan est arrivé avec une documentation qui n’avait encore jamais été rendue publique.

La famille Bush a largement réagi en ne faisant pas de commentaires sur toute référence à Prescott Bush. Brown Brothers Harriman s’est aussi refusée à tout commentaire.

La famille Bush a approuvé récemment une biographie flatteuse sur Prescott Bush et qui s’appelle “Duty, Honour, Country” [Devoir, Honeur, Patrie] écrite par Mickey Herskowitz. Les éditeurs, Rutledge Hill Press, ont promis que le livre “parlerait honnêtement des accusations de relations d’affaires de Prescott Bush avec des industriels nazis ainsi que d’autres accusations.”

En fait, les accusations tiennent sur moins de deux pages. Le livre se réfère à l’histoire parue dans le “Herald-Tribune” en disant : « Une personne dont le niveau d’éthique aurait été moins bien établi aurait paniqué … Bush et ses associés chez “Brown Brothers Harriman” informèrent les organismes de contrôle du gouvernement que le compte de ce client, ouvert à la fin des années 30, représentait en fait ‘la compensation d’une faveur pour un client’ … Prescott Bush a agit rapidement et au grand jour au nom de la société, qui était bien desservie grâce à une bonne réputation qui n’avait jamais été compromise. Il a ouvert tous ses livres et rendu tous ses documents publics. Pour ce est considéré aujourd’hui, six décennies plus tard, comme relevant des scandales d’entreprises et des carrières ruinées, il a reçu alors ce que l’on peut considérer comme le certificat suprême de bonne conduite.”

L’histoire de Prescott Bush a été jugée tant par les conservateurs que par certains libéraux [démocrates] comme n’ayant rien à voir avec l’actuel président. Il a aussi été suggéré que Prescott Bush était peu en relation avec Averill Harriman et que les deux hommes s’opposaient politiquement.

Pourtant, des documents faisant partie du dossier Harriman comprennent un profil flatteur en temps de guerre paru dans le “New York Journal American” et juste à côté, dans le dossier, il y a une lettre écrite par Prescott Bush au le rédacteur financier de ce journal, remerciant le journal d’avoir publié ce profil. Il ajoutait que “la performance d’Harriman et toute son attitude avait été une source d’inspiration et de fierté pour ses associés et ses amis.”

The Anti-Defamation League [la ligue américaine contre la diffamation] soutient Prescott Bush et la famille Bush. Dans une déclaration qu’ils ont faite l’année dernière, ils prétendent que “les rumeurs sur d‘éventuels ‘liens’ nazis avec feu Prescott Bush … ont circulé en long et en large sur Internet, ces dernières années. Ces accusations ne tiennent pas debout et ont des motivations politiques … Prescott Bush n’était ni un Nazi, ni un sympathisant nazi.”

Cependant, l’une des plus anciennes publications juives du pays, “the Jewish Advocate”, a répandu la controverse avec force de détails.

Plus de soixante ans après que Prescott Bush eut été brièvement mis en examen, à l’époque d’une guerre ancienne, son petit-fils fait face à une autre sorte d’examen, mais un de cette sorte qui conforte votre perception selon laquelle, pour certaines personnes, la guerre peut être un business profitable.

Traduit de l’anglais par Jean-François Goulon












Par contre sous les États socialistes de Droites, Communistes et Capitalistes: même de bonnes personnes sont contraintes à mal agir, à vivre une vie de combat et d'insécurité, ...... bref la Concurrence que l'Économie impose à tous les États est une guerre permanente entre les humains, où les pays sont contraints à s'entre piller au lieu de s'entraider........

SOLUTIONS MONDIALES incroyables
video















Partagez-nous vos scoops/scandales écono-socio-politiques/ Crimes Contre l'Humanité et vos solutions: nous en diffuserons l'essentiel

Les blogs suivants mènent à mes centaines de BLogs

http://rentepourtous.blogspot.com/

http://solutionmondiale.blogspot.com/






===================================


LES NAPOLÉONS SONT LES COUSINS de la Couronne d'Angleterre AU MÊME DEGRÉ que la REINE SOPHIE de Suède et de Norvège, épouse d'Oscar 11 .... La descendance de Georges 11, roi d'Angleterre, et de Wilhelmine-Caroline de Brandebourg-Anspach, par Frédéric-Louis, prince de Galles, et Augusta de Saxe-Gotha, père et mère d'Auguste d'Angleterre, épouse de Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick-Wolfembutiel et mère d'Augusta de Brunswick, met le prince NAPOLÉON et ses fils au nombre des agnats de la Couronne d'Angleterre, et dans un rang relativement fort rapproché.

Napoléon 111 était nommé Commandant en chef des Armées Britanniques. Mais il était étroitement surveillé par des agents de Londres ..... tout comme leur ''Hitler'' l'était par les nombreuses caméras qui ont laissé des centaines de documentaires....

Le 18 juin 1815, des agents de la branche anglaise par la famille Rothschild observaient l'empereur Napoléon Bonaparte se battre désespérément pour sauver son armée de l'étreinte en tenaille de l'attaque anglaise. Un agent des Rothschild réussit à faire parvenir la nouvelle de la défaite de Napoléon par Lord Wellington, à Nathan Rothschild 20 heures avant que la nouvelle n'atteigne Londres. Nathan Rothschild, chef de la branche anglaise de la familles des Rothschild, lança la rumeur de la victoire de Napoléon. Les actions plongèrent de 98% et Londres par ses Rothschild pu alors racheter toute l'économie anglaise et française pour des pacotilles. Quand la nouvelle de la défaite de Napoléon arriva, les actions remontèrent en flèche. L'Angleterre devient alors officiellement la souveraine incontestée de l'Europe.

Napoléon n’était autre chose que l’homme de paille, le prête-nom des jésuites, exécutant les ordres qu’on lui donnait et récitant toujours la leçon qu’on lui faisait. LONDRES et ses jésuites attisaient la haine dans plusieurs pays.

En France, ils déclenchèrent l'Affaire Dreyfus, dans les années 1890. Cette affaire avait plusieurs finalités. Dont celle de créer l'antisémitisme et de développer la haine des juifs en France.


(1856-1879), le fils unique de Napoléon III, exilé en Angleterre et tué à l'âge de 23 ans en pays zoulou. Il aurait pu être le Napoléon IV. Après la défaite de Sedan, Napoléon III se réfugia en Grande-Bretagne où son fils unique grandit et s'engagea dans l'armée anglaise. Le prince impérial débarqua à Durban le 31 mars 1879. Il était une sorte d'agent chargé de reconnaître le terrain pour les troupes Britanniques en guerre contre les Zoulous. Un groupe de guerriers zoulous le tua de 17 coups de lance.






ILS SONT PRÊTS À TOUT POUR DOMINER

Napoléon et l'islam

Comme il le confie après sa campagne d'Égypte, Napoléon Ier s'est inspiré des ouvrages de Volney censés aider à la domination de l'Orient, voire les a appliqués de façon littérale. Ainsi, dès son arrivée et celle de ses troupes en Égypte, tout est fait pour convaincre les musulmans qu'il se bat pour l'islam.
Il proclame par exemple le 2 juillet 1798 à Alexandrie, en parlant de lui et de son armée : « nous sommes les véritables musulmans. » Éternellement sans identité fixe, il renaît en tant que Sultan el-Kebir (« le Grand ») et converti à l'islam.
Il porte à titre expérimental le turban et le kaftan, et se promeut comme l'apôtre de Mahomet envoyé pour restaurer la gloire de l'islam d'antan..
Et au crépuscule de sa vie, il avoua à Las Cases, son mémorialiste et confident à Sainte-Hélène, que ces paroles relevaient de « la haute charlatanerie.


==============================



Marie Bonaparte est l'héritière d'une fortune considérable par sa mère. ... Lorsqu'elle rencontre Freud en 1925, elle devient aussitôt son amie (plutôt sa pourvoyeuse POUR LE CONTRÔLER --- Londres sait tout s'acheter).

... Marie Bonaparte, par sa mère. Mariée au prince Georges de Grèce, elle est apparentée à toutes les familles roayles d'Europe. C'est une intellectuelle quia depuis toujours le goût de la vérité et de la liberté. Lorsqu'elle rencontre freud en 1925, elle devient aussitôt son amie...





FREUD à ses 42 ans quitta l'Allemagne, puis en arrivant aux États-Unis, il dit: ''JE SUIS VENU APPORTER LA PESTE'',


Freud tout comme les bourgeois et les élites méprisent les classes qui leurs sont inférieures de leurs propres races même.


Freud a dit ''Les patients c'est de la racaille, je leur tordrais bien le cou à tous..... je suis intolérant envers les fous, et je n'y découvre que ce qu'ils ont de nuisibles, le mieux est de les mettre sur un bateau et de les expédier, ils ne méritent pas le temps que nous leur donnons''.


Et curieusement..... Freud obtint son diplôme de médecin en 1881, au terme de son année de service militaire obligatoire et il mourut à Londres.

Il se rendit à Londres, en 1918, pour constituer la Légion juive d'occupation.

Freud n'ignorait rien des thèses sionistes politiques et les approuvait, comme le démontre notamment une lettre qu'il envoya pour un compte-rendu en septembre 1902, avec son livre L'Interprétation des rêves, à Herzl, alors en charge de la rubrique littéraire de la Neue Fraie presse.

Freud avait une attirance étonnante pour les pratiques magiques et occultes ....
Le « freudisme est un avatar de la mystique juive ». Ce qui évoque « l'hypothèse très convaincante » d'un « pacte avec le diable….


Freud a servi la science militaire, et il est resté prisonnier de la conception de son époque que le peuple est con et névrosé mais que les dirigeants sont toujours corrects, sains et saints.

...La psychanalyse au contraire a émis des jugements très pessimistes sur l'homme, sur l'Avenir d'une illusion, sur le Malaise dans la civilisation, sur la nature radicalement conflictuelle du psychisme humain, la présence incessante de la pulsion de mort. On construit si volontiers l'idéal de l'homme parfait, de l'homme jamais malade, de l'homme au-dessus des malheurs et des passions. Et l'on pense que la psychanalyse est l'une des voies, peut-être la plus sophistiquée ou la meilleure pour y parvenir, ce qui ne veut rien dire.

Tout comme une Société Secrète et à la solde des Britanniques, Freud, pion de Londres, adopte une stratégie de mensonges cohérents pour tromper les masses....

Le grand Frère B'naï B'rith Freud
B'rith. »On sait aujourd'hui que Freud a appartenu durant quatre décennies au B'naï B'rith et a participé durant de longues années « de manière très active à la vie des loges ». Il ne manqua pratiquement aucune réunion durant les dix premières années, participant activement aux discussions et aux travaux du Comité de la Loge (sa structure directionnelle). Il appartint durant de longues années au Comité des intérêts intellectuels de la Loge, et en fut même président, ainsi qu'au prétendu Comité de la Paix et au Comité des Recherches. En 1928, Freud se présenta à nouveau à la tribune de la loge. Sa conférence porta alors, comme en témoignent les registres, sur La Superstition chez les Juifs.

Freud quitta l'Autriche pour l'Angleterre. Il s'installa à Bath puis à Londres où il débuta l'écriture d'une biographie de Marie Stuart. On prétendit qu'il se suicida avec sa femme parce que trop déçu de cette Seconde Guerre Mondiale mais en réalité ce couple en savait trop pour LONDRES qui était en train de tuer les 6 millions de Juifs.


Anna Freud vivait à Londres.... Le président de l'Ordre du B'naï B'rith, le Dr William Wexler, accompagné du président du B'naï B'rith Europe, Georges Bloch, ainsi que du Dr E.L. Ehrlich, e t le Dr Herz, furent à deux reprises les invités du gouvernement autrichien pour fixer les modalités de création d'une Société Sigmund Freud. La « grande somme d'efforts du Frère Otto Herz » permit d'aboutir en 1969 au succès final : la fondation de ladite association à Vienne, présidée par l'Austro-Américain Frederick Hacker, lui-même Frère du B'naï B'rith. La Société gagna à son projet la propre fille de Freud, Anna Freud, qui vivait à Londres.

L'associé de Freud, Alfred Adler, aussi dénonçait la psychanalyse, il disait qu'elle se limitait à n'accuser que le parent et l'enfant et protégeait ainsi l'État de tout blâme. Et suite à cela, Freud expulsa son associé Alfred Adler.





Psychanalysons plutôt l'État et ses idéologies antifraternelles de la vie de combat qui Stressent tout le monde, ses hiérarchies et la majorité pauvre, sa concurrence qui divise l'Humanité et les Pays, son esprit de compétition des uns sur les autres .....


===============================


=================================
==============================
petit résumé

HOLOCAUSTEs-COMPLOTs ''HITLER'', ''Marx'', ''Napoléon'',.... PRÉPARÉS par et À LONDRES

L'Organisme des ''FRÈRES MUSULMANS'' est logé à Londres: lieu des magouille internationale

Hitler en Février 1912 résida 6 mois à Londres. Hitler fut endoctriné et formé à la militaire britannique à l'École de guerre à Tavistock, Devon et en Irlande.

Napoléon 111 était nommé Commandant en chef des Armées Britanniques et s'empara des pays arabes. Mais il était étroitement surveillé par des agents de Londres
==================
De tout

voir l'image en taille réelle



Et gratuitement

Blog en développements

cliquez ci-bas pour accéder aux sites les plus informatifs

HUMANITÉ

REINE